• RAPIDO 9090 df


    5 commentaires

  • 6 commentaires
  • Mercredi 21 mai 13h00 temps orageux et pluvieux, température agréable

    Et voilà, la roulotte est prête, les chevaux pansés ..., l'assistante cocher opérationnelle, il ne reste plus qu'à rentrer dans la réalité

    Merci pour les petits mots gentils

    Merci à tous les auteurs de blogs sur le sujet (que je ne citerai pas par peur d'en oublier) qui ont bien contribué à la préparation de ce long périple

    Enfin un grand merci à Nomade 59 pour ses fiches qui nous ont été particulièrement utiles 

    Contact et fouette cocher ...(certains comprendront)

     


    votre commentaire
  • Mercredi 21 mai

    304 km en 4h40

    Etape à Brienne le château. Gros orage le soir avec beaucoup de vent

     

    Jeudi 22 mai  -  589 km  - en 10 h

    Départ 8h30 en direction de l'ossuaire de DOUAUMONT en empruntant la voix sacrée. Tout au long de cette route les bornes kilométriques sont repeintes et surmontées d'un casque de poilu

     

     


    votre commentaire
  • Mercredi 21 mai

    304 km en 4h40

    Etape à Brienne le château. Gros orage le soir avec beaucoup de vent

     

    Jeudi 22 mai 

    Départ 8h30 en direction de l'ossuaire de DOUAUMONT en empruntant la voix sacrée. Tout au long de cette route les bornes kilométriques sont repeintes et surmontées d'un casque de poilu, c'est bien le moins pour un centième anniversaire

     

     

     

    Ensuite route vers ALSFED en Allemagne, autoroute, autoroute, long et pénible

    Aujourd'hui: 589 km  - en 10 h

     

     

    Vendredi 23 mai

    Départ 8h 20 direction MALCHOW dans le NORD EST de l'Allemagne entre BERLIN et ROSTOCK

    Paysages très vallonnés jusqu'à Wolfsburg puis très plats avec d'immenses forêts

    A MALCHOW nous nous installons sur une aire de service payante et privée mais choisie pour sa situation géographique. En effet cette étape ne doit rien au hasard, le Papa de Gisèle y a passé cinq années de sa jeunesse comme prisonnier de guerre

    Nous avons avant le départ rassemblé souvenirs, photos et documents d'époque

    La patronne de l'aire de service nous ayant confirmé la présence d'un ancien couvent "Kloster" à proximité nous décidons, compte tenu de l'heure tardive et de la fatigue de la journée, de nous mettre en recherche dès demain matin

    Aujourd'hui: 531 km  - en 8 h

     

    Samedi 24 mai

    Grand beau

    Nous attaquons nos investigations

    Aussitôt arrivés sur "zone", à l'angle d'une rue, un restaurant a un air de déjà vu. Photos d'époque en mains et bingo, retour 74 années en arrière, c'est bien le même et quasi inchangé

    le resto

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous empruntons la rue qui monte vers l'église et donc vraisemblablement vers le Kloster (couvent) propriétaire en 40  d'une ferme de 400 ha où étaient exploités les prisonniers notamment dans la culture de pommes de terre destinées à la très maigre alimentation d'un camp d'extermination de Femmes, satellite de Ravensbrück 

    Toujours à l'aide de nos vielles photos nous retrouvons sans peine les bâtiments qui n'ont pratiquement pas changés si ce n'est leur destination, l'un transformé en immeuble avec appartements et l'autre en hôpital psychiatrique; En effet la RDA n'avait que faire des "bonnes sœurs" et visiblement la propriété a été morcelée mais restée quasiment telle que les prisonniers l'ont quittée. Manifestement depuis la chute du mur les choses n'ont pas plus évoluées dans ce quartier "populaire" périphérique à Malchow. Même une TRABAN d'époque pétarade en attendant le départ pour ...


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques dizaines de mètres plus loin je vois un jardin en friche sans barrière. Vous devinez les raisons de mon empressement à m'y trouver un coin discret mais l'envie pressante se dissipe instantanément à la vue d'un pignon de bâtiment à moitié dissimulée par des arbustes tant il ressemble avec sa porte double, ses deux fenêtres etc à celui sur les photos en notre possession. Nous comparons quasiment brique par brique, il n'y pas l'ombre d'un doute, ici le Papa de Gisèle et ses compagnons d'infortune ont laissés les cinq plus belles années de leur jeunesse et soufferts de la faim, du froid, du manque d'hygiène et de l'éloignement

    J'en profite avec beaucoup d'émotion pour faire une photo de Gisèle tenant la pose là où il y a 70 ans se faisaient photographier les prisonniers


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui 0 km mais beaucoup d'émotions

     

     

     


    votre commentaire